L’ÎLE – DES - MOULINS À TERREBONNE

CULTURE  HISTOIRE  NATURE « UN TOUT SEIGNEURIAL »

Journée ensoleillée, température agréable, endroit magnifique, environnement apaisant et cousins-cousines très heureux de se retrouver. Quel beau  début de journée, mais… il me fallait mentionner le seul point négatif : l’arrivée. Difficile de trouver l’endroit de la réunion à partir des stationnements. Heureusement, quelques bons samaritains, spontanément, redescendirent  pour aider les gens à se diriger vers le Moulin Neuf, salle des Combles, lieu du rassemblement. Merci!

accueilA l’entrée, Richard (32), Mireille (221) et Denise (47) accueillaient les membres , tout sourire! A ce que j’ai constaté, tous sont enchantés de se retrouver, se raconter, des Oh! et Ah!  les exclamations fusent de toutes parts. Les retrouvailles sont bel et bien entamées, c’est le prélude d’une intéressante journée, savourons-là! Oh! on sonne la fin de la récréation et ce fut l’assemblée annuelle des membres dont Jacques ( 41) en était l’animateur. En tant que première, réussite accomplie, un talent caché, félicitations et merci à toi!

 

Après un mot de bienvenue accueillant, notre présidente Louise (563) Présidente Louise déclare l’assemblée conforme et aborde les différents points à l’ordre du jour. Notre présidente s’est acquittée de cette tâche avec vivacité, assurance, distinction et à l’écoute du public. Bravo et merci Louise (563). Les rapports des comités furent concis, il n’y a eu aucune question posée, sauf quelques commentaires d’ordre informatif. Ces rapports se sont succédés à un rythme soutenu. Merci aux personnes impliquées dans ces différents comités. A la fin du compte-rendu d’Hélène (04), épouse de notre président fondateur Yvon (01), cette dernière nous avisa qu’elle quittait son poste d’administratrice au sein du CA.

 

 

HélèneHélèneC’est avec des sanglots dans la voix, qu’Hélène (04) nous en a exprimé les raisons. Une onde de choc et de silence passa dans l’assistance, mais…il fallait continuer la réunion. Chère Hélène, une brève parenthèse pour te remercier de toutes ces années de labeur au service de l’Association. Tu as épaulé, secondé notre fondateur Yvon dans ses fonctions, tu as apporté ta contribution toute personnelle aux diverses missions qu’incombent cette Association et tu as continué d’œuvrer depuis ce temps. Je ne puis en énoncer tous les aspects, mais les résultats sont tangibles et encore présents, «  Mission accomplie ». Nous te disons notre reconnaissance et te souhaitons bonne chance et plein courage. Tu seras toujours présente par la collaboration de ta fille Diane (05).

 

 

Mme de la NaudièreLa finale de la réunion fut suspendue à cause de l’heure et de la conférence qui suivait. Madame de Lanaudière (Sylvie Gagnon, animatrice historique) vêtue d’époque pour l’occasion. Le sujet intéressant, pédagogique et non-théâtrale, comme certains l’auraient souhaité. Cet exposé nous a appris beaucoup sur l’aspect géographique et un peu moins au point de vue historique. Ce fut très bien écouté par l’assistance et apprécié. Évidemment, nous avons poursuivi la réunion par la suite. Une courte allocution de monsieur André Fontaine, adjoint de Monsieur le maire de Terrebonne, nous souhaitant la bienvenue et de passer un excellent moment dans l’Ile-des-Moulins, classée site historique par le ministère des Affaires culturelles depuis 1973.

 

 

 

Je ne peux passer sous silence la présence de notre nouvelle recrue Nathalie (986), auteur, conférencière et photographe. Louise (563) notre présidente, en a fait connaissance au Salon duNathalie Lauzon livre de Montréal. Vous pouvez lire le récit de cette rencontre dans la Chaudronnée du printemps 2014 en page 13.

 

 

 Après ces allocutions, la faim se fait sentir, qu’il est bon de se lever et de se diriger vers la salle adjacente où un buffet chaud et froid préparé par le restaurant- traiteur «  La maison François » de Sainte-Thérèse nous convie. Tout est appétissant et délicieux, on se régale. Après ce copieux repas, le forfait découverte nous attendait avec sa panoplie d’activités : Visite de « La Seigneurie de Terrebonne », tour de bateau-ponton sur les rives de la rivière des Mille-Îles, l’exposition « Récit d’une seigneurie » et pour terminer la visite de la « Maison Bélisle ». Nous nous sommes partagés en quatre groupes, qui à tour de rôle, visitèrent les sites. Les visites étaient bien commentées, les guides ont été généreux d’informations et répondaient avec empressement aux questions posées. De plus, les membres qui avaient lu l’excellent article préparatoire : « Il était une fois …Terrebonne » de Diane (05) dans la Chaudronnée du printemps en page 10, ont certainement revécu et compris davantage les renseignements apportés par les guides. Ce fut très agréable et instructif malgré la fatigue occasionnée par le manque d’endroits pour s’asseoir. Un aspect qu’un grand nombre parmi nous ont déploré et manifesté aux guides.

Toute bonne chose a une fin et une dernière pause de détente s’imposait avant le souper. Après cet instant de relaxation, nous nous dirigeons à notre dernière étape le restaurant «  Le Spag ». Quelle surprise en arrivant de voir tant de monde attablé, qui jasait entre eux, qui s’attardait à parler avec un autre qui arrivait, qui s’interpellait à qui mieux, mieux. Que de vie, de joies, de gaieté, de plaisir qui ressortaient de ces retrouvailles. Un souper à saveur

multiples, des assiettes généreuses, un service excellent, des convives accueillants, quoi de mieux pour terminer cette journée!

Et voilà, un bref résumé de ce 23ième rassemblement et tout particulièrement un sincère et chaleureux merci à Louise (563), Diane ( 05), Mireille (221), organisatrices de cette magnifique rencontre!

Au plaisir de vous revoir, Denise (47).

Maisonstgabriel modifi-1  Le 11 juin 2011, nous avions le plaisir de revoir nos cousins et cousines Lauzon d’Amérique, sous un timide soleil, à la Maison Saint-Gabriel, à Montréal. C’était notre 20e rassemblement et il convenait de célébrer, avec raison, l’histoire de l’arrivée de notre ancêtre Gilles Lauzon.

Dès notre entrée, c’est avec ravissement que nous avons découvert les lieux situés dans le quartier Pointe-Saint-Charles de Montréal. Un peu plus et nous pensions être à la campagne tellement l’endroit est boisé et magnifiquement fleuri.  En une seconde, nous avons oublié que cette maison côtoyait la grande ville, si ce n’est un léger rappel des bruits des courses automobiles du Grand Prix, qui parfois raisonnaient. À cela se sont ajoutés, malheureusement, ceux des trains de la cour de triage, qui était à proximité, et qui avait une activité inhabituelle pour un samedi.

C’est donc Mme Juneau, religieuse de la Congrégation de Notre-Dame et directrice de la Maison, qui nous a accueillis à partir de 9h30. Nous devions passer la journée dans le nouveau Pavillon Catherine-Crolo; cependant, c’est sous un chapiteau aménagé pour les visiteurs que nous avons vécu la majorité de notre journée, à cause du nombre d’inscriptions au rassemblement. Le pavillon Catherine-Crolo ne peut recevoir que 50 personnes au maximum. C’était aussi une première expérience pour la communauté que de recevoir un groupe aussi nombreux pour toute une journée, incluant un repas. Cela peut donc expliquer les quelques désagréments que nous avons pu vivre.

Notre journée a donc débuté vers 10h00 avec l’accueil et les retrouvailles pour chacun. Ce moment se vit toujours dans la joie et le bonheur. De plus, nous avions des nouveaux membres qui assistaient pour la première fois à nos rassemblements; il était important de les intégrer. En plus, lors de la remise des billets, chaque membre a eu le plaisir de recevoir un porte-clefs où figurent les armoiries de notre association et, à l’endos, l’année de fondation de celle-ci.  Le chapiteau où nous étions installés était confortable, aménagé avec un plancher pour assurer la stabilité des gens, des tables et des chaises. À 10h30, l’assemblée annuelle a débuté avec un  mot de bienvenue de votre vice-présidente Louise Lauzon Chenail (563) qui était une des membres du comité organisateur. Puis, notre président Gaétan (2) a ouvert la réunion et celle-ci s’est déroulée rondement, comme à chaque année. Évidemment, le point le plus difficile à traiter est toujours celui du prochain rassemblement car cela demande, aux différentes personnes qui proposent des endroits, une grande implication. Cepandant, je constate que depuis quelques années ce rôle revient presque exclusivement aux membres du conseil d’administration. Nous savons tous que de préparer un rassemblement demande beaucoup de temps, de déplacements et de créativité. Il serait donc intéressant d’avoir d’autres membres qui s’impliqueraient, pour les prochains rassemblements, afin de  donner un répit à ceux et celles qui ont organisé ceux des dernières années.

Pendant l’assemblée annuelle, un nouveau membre a été élu par acclamation au conseil d’administration, suite à la démission de Yvette (Mère) Lauzon Fitzgibbon (271), soit Jacques Lauzon (41) de Gatineau. Bienvenue à notre nouveau directeur! Nous tenons à remercier Yvette pour sa présence chaleureuse et son implication au cours des dernières années. Elle nous manquera! Vous trouverez, plus loin, le tableau récapitulatif des membres de votre conseil d’administration.

À la fin de notre assemblée, Antonio Lauzon (31) a interprété le chant du 20e anniversaire de l’AFLA. Celui-ci l’avait composé à partir de la chanson ancienne « Troupio ». Nous avons eu le plaisir de l’entendre nous la chanter et ensuite de l’entonner avec lui. Merci Antonio pour cette belle composition qui anime nos rencontres. Suite à l’assemblée annuelle, nous avions le dîner qui, contrairement à ce qui était annoncé, nous fut servi à table. C’était une assiette bien garnie, qui semble avoir satisfait l’ensemble des gens, quoique ce repas se révéla un peu sec, par manque d’eau à la table. Pendant ce temps, Éric Michaud, alias Ubert Sanspré, conteur de métier, nous a raconté une magnifique légende qui en a fait rire plus d’un et qui demandait la participation des gens. Ce spectacle a animé notre repas. Suite à son spectacle, de succulents pains ainsi que des produits du terroir furent tirés et remis par notre aimable conteur. Il y eut également deux paires de billets pour le souper au Cabaret du Roy et ce sont Mme Claudette Giraldeau (261) et Mme Pauline-Évelyne Lauzon Vincent (664) qui profiteront de cette soirée. D’ailleurs, au cours du repas, un groupe d’une quinzaine de personnes ainsi que M. Jacques Lacoursière, historien, se sont joints à nous, soit la Société historique des Filles du Roy. Nous aurons, plus tard, dans la journée, une activité commune très touchante.

Suite au repas, nous avons eu l’occasion de visiter ce fameux site historique qu’est la Maison Saint-Gabriel. Par petits groupes, et accompagnés de guides, nous avons fait le tour de cette magnifique bâtisse qui a été bien conservée et gardée le plus intacte possible. Beaucoup d’objets anciens y sont présentés et nous avons ainsi pu y vivre quelques moments d’histoire très intéressants. Cette visite a rappelé, à certains, des activités qu’eux-mêmes faisaient ou avaient vu leurs parents exécuter. Ce fut des moments de nostalgie, ou un retour en arrière, sur les anciennes méthodes de travail dont nous ne sommes pas si éloignés, encore aujourd’hui. Puis, suite à cela, on nous a amenés dans les jardins de la Métairie où on trouve des plantations exactement comme à l’époque de la Nouvelle-France. Ces jardins étaient tellement attirants et différents par certains choix de végétation, que nous étions tentés d’aller les  toucher. C’était cependant chose défendue… Une allée les traverse où on découvre, dans les plaques du trottoir, les noms des différentes religieuses qui ont vécu sur ce site depuis le début de sa fondation. Avec plaisir, nous avons pu y lire le nom  de deux religieuses qui étaient des Lauzon.

Puis vers 15h30, nous étions conviés à une cérémonie avec la Société historique des Filles du Roy qui, cette journée là, plantait un orzier afin d’inaugurer une place en hommage aux Filles du Roy venues peupler la Nouvelle-France et qui sont nos aïeules à tous. En effet, avant de planter cet arbre, la présidente de cette société a placé dans un pot les 36 noms de ce premier contingent de jeunes femmes et l’a déposé dans la terre, avant de  planter l’arbre. Ce fut un moment touchant car les noms de ces courageuses jeunes femmes  furent tous nommés, en leur souvenir. La Société historique prépare, d‘ailleurs, un grand événement en 2013, où des jeunes dames seront invitées à se rendre à La Rochelle, en France, afin de recréer ce moment des plus importants pour notre peuple. La Société historique lance ainsi une invitation aux jeunes femmes qui voudraient personnifier ces jeunes filles du Roy et  revivre cette période historique.

Cependant, le temps file et après cette touchante cérémonie, nous étions attendus pour la conférence de M. Jacques Lacoursière, sous le chapiteau. Celui-ci nous a entretenus des Filles du Roy et de la vie des premiers colons lors de la fondation de Ville-Marie, aujourd’hui appelée Montréal. Nous avons aussi appris que la rive du Fleuve Saint-Laurent, au début de la colonie, se rendait, en fait, jusqu’à l’arrière de la Maison Saint-Gabriel, construite en 1668. On sait, aujourd’hui, qu’une partie de cette rive a été remblayée pour y construire, entre autre, un chemin de fer et une cour de triage. Justement, à cause de cette cour de triage, certains passages de la conférence furent difficilement audibles pour une partie de l’assistance et cela fut déplorable bien que hors de notre contrôle. Il nous faudra, cependant, utiliser des moyens techniques pour les prochains rassemblements afin que tous puissent profiter de l’ensemble des activités.

La conférence était le dernier moment historique de la journée. Après celle-ci, les membres étaient invités à se rendre au restaurant le Crescendo à Verdun, à quelques kilomètres de la Maison Saint-Gabriel et situé sur les rives du fleuve Saint-Laurent. Nous avons donc quitté cet endroit nous faisant revivre le passé pour nous retrouver dans un présent plus cosmopolite. Une grande salle vitrée nous attendait et nous étions heureux d’y arriver. Nous pensions retrouver, à cet endroit,  J.Yvon, notre président fondateur, et son Hélène, qui n’avaient pu être présents. Malheureusement, leur santé ne leur a pas permis de se joindre à nous. Vous nous avez manqué!  Malgré tout, un délicieux repas couronna très bien cette journée de notre 20e rassemblement.

Vingt ans, c’est une longue période pour une association et nous avons glorieusement passé ce cap. Le dynamisme des différents membres des conseils d’administration et l’intérêt et la participation de tous les membres y ont sûrement été pour quelque chose. Bientôt, nous passerons probablement le cap des 1000 membres. Ce sera sûrement tout un événement! Il est certain que ceux-ci ne sont pas tous actifs mais ils se sont intéressés à l’association et lui ont permis de poursuivre son chemin en faisant revivre les plus belles valeurs de notre peuple, soient celles de la famille et de l’histoire de ses origines. Tous, nous savons qu’un peuple qui avance est celui qui connait ses origines et continue de les faire vivre à travers ses gens!

Longue vie à vous, chers membres, et à l’association!

Félicitations à Diane Lauzon (5), Joanne Lauzon (155) et Louise Lauzon-Chenail (563) pour l’organisation et le temps consacré à ce 20e rassemblement.

Mireille Lauzon (M-221 )

ÉTIEZ-VOUS LÀ?

Dès l'arrivée, on ne pouvait qu'être enchanté, en ce 21 mai 1994, tant par le soleil qui nous accueillait que par le magnifique, moderne et verdoyant édifice de l'Hôtel de ville d'Ottawa. Une fois la direction trouvée pour se rendre à  la salle de ce troisième rassemblement des Lauzon , la chaleur, la bonne humeur et la bonhommie de ce groupe animaient notre arrivée.

Un petit café, un peu de temps pour refaire connaissance,  le mot de bienvenue de la Maire  et la visite bilingue de l'Hôtel de ville ont complété ce trop court avant-midi. Heureusement, un copieux dîner nous permit de nous restaurer en attendant d'en savoir plus long sur notre association.

Il y eut, bien sûr, l'assemblée annuelle, qui s'est très bien déroulée et où, de nouveaux directeurs se sont allègrement joints à l'équipe. La participation fut spontanée et quelques suggestions provenant des membres ne sont pas tombées dans l'oreille de sourds.

Ensuite, chacun fut libéré pour l'après-midi. Étant donné la belle température, nous pouvions en profiter pour flâner dans certains quartiers pittoresques d'Ottawa comme le " Marché By " où, en cette saison, les fleurs embaument l'air ambiant et attirent notre regard par leurs très nombreuses couleurs toutes plus attrayantes les unes que les autres.

Mais le temps passe vite et déjà, il fallait songer à se changer pour la soirée qui promettait....   La première partie de celle-ci débutait par une messe en l'honneur des premiers Lauzon arrivés en Terre d'Amérique. Celle-ci était célébrée dans la superbe Basilique Notre-Dame avec un impressionnant intérieur gothique. . Nous avons eu la chance d'avoir avec nous le Frère Gabriel Lauzon, revenant depuis peu du Rwanda. Il nous a fait partagé ses difficiles moments vécus lors de la dernière partie de son séjour en ce pays.

Puis chacun s'est dirigé vers l'Hôtel Ramada à Hull afin de célébrer nos retrouvailles. L'accueil enthousiaste et le  cocktail de bienvenue ont permis à chacun de se détendre et d'envisager une soirée des plus agréables. Enfin le souper fut servi et agrémenté de quelques discours sur la région d'Ottawa et l'activité des Lauzon qui y vivent. Il y eut ensuite la remise de plaques afin de  remercier les membres fondateurs de l'Association et la soirée dansante débuta. Cependant, certains en profitèrent pour aller examiner les différents kiosques dont celui annonçant le prochain voyage en France qui s'organise, et également, celui des arbres généalogiques monté selon les différents souches de notre grande famille. Chacun, dépendant de ses préférences, avait ce qu'il fallait pour l'intéresser.

Pourtant, le temps file vite en agréable compagnie et quelques membres devaient déjà nous quitter afin de retourner chez eux. Nous nous laissèrent donc en nous promettant de se revoir à Ste-Anne, lieu de la prochaine rencontre annuelle..

La soirée se termina tard malgré le programme chargé du lendemain, mais, c'est souvent ce qui se arrive lorsqu'on est bien ensemble!!!

Quant au dimanche, il fut royalement occupé puisque nous avions prévu une visite du Musée canadien des Civilisations, lieu on ne peut plus captivant et visuellement très attirant Celle-ci se compléta par le visionnement du film " Omnimax ", où chacun fut à même de ressentir toute une gamme d'émotions fortes à la vue des requins, vedettes de l'écran à ce moment-là.

La journée se poursuivit avec le tour de ville complété par la parade des Tulipes, unique en Amérique par son originalité et sa beauté. Celle-ci se déroule sur le Canal Rideau et nous n'en avons pas manqué un seul instant, quelle chance! Évidement, aucune visite décente de la capitale nationale ne peut se terminer sans le traditionnel arrêt au Parlement. Ce moment fut apprécié par chacun à sa façon.

C'est malheureusement là que se terminait notre fin de semaine des Lauzon. Cependant, il resta quelques irréductibles qui se donnèrent rendez-vous dans un petit restaurant afin de ne pas se quitter aussi abruptement.

Ce merveilleux week-end ne peut que rester, encore une fois, graver dans notre mémoire à cause de sa grande qualité, autant au niveau de l' organisation que de l'intérêt de chacun des moments passés. On se doit, de plus, de mentionner, le formidable travail de Marcel ( M-277 ) et de Marcel J. ( M-212 ) ainsi que de leurs familles qui se sont dévoués pendant les derniers mois pour que ce rassemblement soit un grand succès.

C'est le troisième rassemblement auquel j'assiste et j'avoue qu'à chaque année, malgré l'ampleur du travail que cela représente, j'ai toujours hâte! Je sais que j'aurai l'immense plaisir de revoir des gens fort sympathiques et intéressés.  D'ailleurs plus le temps passe et plus je suis convaincue que nos ancêtres seraient vraiment fiers de ce que nous sommes devenus et de ce que tous et chacun des Lauzon ont accompli à ce jour.

Je vous attends donc tous à la quatrième réunion annuelle des Lauzon d'Amérique à Ste-Anne des Plaines. Je sais, d'ores et déjà, que ce sera un rendez-vous que nous ne devons pas manquer!

Soyons fiers de ce que nous sommes! Mireille ( M-221 )

Une journée pleine d'histoire

Le rassemblement 1997 avait été annoncé sous le thème “Rendez-vous avec l’histoire”. Eh bien, l’histoire  fut réellement au rendez-vous. Le rassemblement a réuni environ 150 personnes pour une journée mémorable sous l’organisation de ses 2 co-présidents: Gaétan (2) et Maurice (3).

La journée débuta par l’accueil des participants à l’entrée de la salle Jean Després de la maison Radio-Canada. C’est dans cette belle salle que s’est déroulé la majeure partie de la journée. Une personne ressource de Radio-Canada, Mme Anne-Carole Trépanier nous a apporté son aide précieuse tout au long de la journée.

 Outre les données de l’assemblée générale annuelle de l’AFLA, ceux-ci recevaient des mains de Gilles (556) et Gisèle (68), la liste des membres de l’association depuis sa fondation ainsi que celle des membres décédés. Une biographie de Ludger Lauzon et le curriculum vitae de notre conférencier, Gilles Lauzon,  complétait les documents. Gilles (556) avait participé à l’organisation du rassemblement en mettant à la poste près de 1300 invitations aux Lauzon de Montréal et de ses environs.

Pour Jeanne Purdy (635), cette journée passera à son histoire. Car, venue de Port-Huron, Michigan, avec sa mère Dorothy Lauzon Purdy (634), sa soeur Anne(636) et ses enfants, elle a dû loué une camionnette pour retourner chez elle après la disparition de son véhicule et de leurs effets personnels dans le stationnement de leur hôtel.

Pendant que les membres renouaient connaissance, la cassette vidéo qui avait été produite lors du 1er rassemblement de l’A.F.L.A., en 1992,  fut présentée sur 2 ecrans géants. Que de bons souvenirs cela a rappelé.

Suivant le mot de bienvenue de Gaétan (2), qui fut l’animateur au cours de la journée, l’assemblée générale débuta à 10:00, tel que prévu. Les détails de l’assemblée sont contenus dans le rapport de l’assemblée en page 4.  Pour des raisons personnelles, Hélène (4) retira sa nomination pour l’un des postes de directeur. Elle sera donc la première des 5 personnes fondatrices de l’AFLA à ne plus faire parti du conseil d’administration cette année. Plusieurs interventions des membres présents ont souligné le travail incessant d’Hélène depuis le début de l’association.

Après l’assemblée générale, on se dirigea vers la cafétéria de Radio-Canada pour le dîner. Un buffet froid fut servi. De retour à la salle Jean Després, le vidéo du rassemblement de Ste-Anne-des-Plaines fut présenté pour le plaisir de tous.

Vers 13:15h, ce fut au tour de notre conférencier invité, Gilles Lauzon, de prendre la parole. Gilles débuta sa conférence par l’historique des édifices du Vieux-Montréal, il remonta jusqu’au temps de l’ancêtre Gilles et de son épouse Marie. Il fut très intéressant de constater qu’il existe encore aujourd’hui, un édifice que Gilles a vu de son vivant. Il s’agit de la partie centrale du Grand Séminaire situé à côté de l’église Notre-Dame. Quelques changements architecturaux ont été apportés depuis: porte, fenêtres ainsi que l’ajout de bâtiments latéraux. Cet édifice n’aura plus jamais la même signification pour nous. En le regardant, on se dira “Gilles l’a vu” et peut-être même d’où je le regarde.

Notre conférencier reprit alors le cheminement qu’a suivi l’ancêtre Gilles en tant que locataire et propriétaire terrien à Ville-Marie. Il a épluché les contrats notariés de l’époque afin de nous tracer les acquisitions et les déménagements de Gilles et Marie à l’intérieur de la nouvelle colonie. Gilles, le conférencier évidemment, a réussi à nous tenir en haleine pendant près d’une heure et demi. Il fut chaudement applaudi. Après à son intéressante conférence, notre président Yvon, lui remit les armoiries de notre famille, un geste qu’il apprécia grandement.

Plusieurs groupes furent ensuite formés pour entreprendre la visite des installations de Radio-Canada. Chaque groupe exécuta le même circuit de visite mais pas dans le même ordre.

Notre groupe commença par le “musée” de Radio-Canada. On peut y admirer la maquette du bateau utilisé lors du tournage de l’émission D’Iberville avec Albert Millaire au milieu des années soixante. Pour les plus vieux, on peut voir les marionnettes de Pépinot et Capucine, Monsieur Blanc, Panpan, l’ours (menum-menum), etc. On y montre aussi quelques costumes utilisés dans différentes émissions.

La visite se continua au local des accessoires. C’est l’endroit où sont stockés les accessoires nécessaires à la décoration des productions. On y trouve de tout. À partir des cendriers de toutes les formes et de toutes les époques, en passant par les meubles, encadrements, jouets (même un Ouiija), gramophones, etc. En fait quand vous regardez un  télé-roman, peu importe l’époque, tout ce que vous pouvez y apercevoir sur les murs, les planchers, les plafonds et les tables provient du magasin des accessoires.

Ensuite, nous avons vu l’atelier des décors. C’est là que sont construits et entreposés les murs d’un décor et les gros accessoires  (puit, un petit boisé, un palmier, etc.). Tout près, se trouve la confection des toiles de fond servant, comme le nom l’indique, à couvrir le fond des scènes pour simuler le paysage d’une rue, d’un lac ou autre. Ces grandes toiles jusqu’à 5m sur 10m sont peintes à la main par de véritables artistes. Une fente dans le plancher permet de les abaisser et de les remonter au besoin afin que l’artiste-peintre puisse travailler sans avoir à grimper dans des échafaudages. Cela lui permet aussi de prendre un recul pour examiner son travail sans obstruction.

Dû à la proximité des élections fédérales, le studio de RDI était inaccessible. Le guide nous dirigea alors vers le studio utilisé pour l’émission de nouvelle du réseau anglais de Radio-Canada. Ce qu’on voit à la télévision n’est qu’une petite partie du studio. Dans le milieu du studio se tient un écran complètement bleu. C’est l’écran devant lequel se trouve le  présentateur des images de la météo. Le bleu de l’écran est remplacé électroniquement par l’image satellite. Notre présentateur voit l’image transmise aux téléspectateurs grâce à un moniteur situé devant lui. C’est pour cela que vous voyez toujours cette personne regarder devant elle et non l’image qu’elle vous décrit.

Pour terminer la visite, tous les groupes se sont retrouvés dans le studio 42. C’est un immense studio où on produit les émissions nécessitant un grand public ou un grand espace. C’est en fait, le plus grand studio de télévision en Amérique du Nord, même les grands réseaux américains n’en n’ont pas de plus grand. Le studio est aussi loué à des réseaux étrangers pour la production de spectacles à grands déploiements.

Après cette visite fort instructive, nous sommes retournés à la salle Jean-Després pour un cocktail. Cela permit à tout le monde de se reposer un peu tout en faisant un brin de jasette.  On pouvait y voir aussi le vidéo filmé lors du voyage en France en 1994. Le comptoir des articles promotionnels y était tenu par Johanne (155). Pour le 5e anniversaire de l’Association, une reliure de toutes les parutions du journal La Chaudronnée depuis le début était offerte. Notre généalogiste, Jean-Luc (64) , était présent pour répondre aux questions.

Vers 17:00 heures, les participants furent invités à traverser la rue pour se rendre à l’église St-Pierre-Apôtre. Avant la messe, ils ont eu la chance d’admirer les artefacts de la société de tempérance fondée par le père Ludger Lauzon, l’auteur du livre “Gilles Lauzon et sa postérité”, notre moyenne histoire. La messe fut célébrée par George Lauzon (632) et concélébrée par Émile Lauzon (125) . Le curé actuel de la paroisse, Claude St-Laurent O.M.I., nous fit un hommage du Père Ludger Lauzon, lui aussi curé de la paroisse au début du siècle. Louise Lauzon-Chenail (563) ainsi que son mari, Normand firent les lectures, leurs garçons, Marc-Antoine et Simon, ainsi que Pauline (340) et son mari Claude Parent firent office de servant de messe.

Yvon (1), notre président, souligna la présence de Mme Angèle Alloi,  épouse de Roger (130) qui fût baptisée en l’église Saint-Pierre-Apôtre en 1945 et  Mme Suzanne Donneau, Fille de Euclide (383) qui y fit sa première communion. Jacques (319) et son épouse Sylvie Racicot qui s’y marièrent le 1er octobre 1955 reçurent une photo-copie de leur acte de mariage. Il mentionna aussi le 50e anniversaire prochain d’André Lauzon (102) et Thérèse Bastien. On souligna aussi le récent 25e anniversaire de mariage de Gaétan (2) et son épouse Danielle Besner. Maurice (3) reçut un hommage pour l’organisation et l’animation des cérémonies religieuses depuis la fondation de l’association.

Après la messe, nous sommes descendus au sous-sol de l’église pour le souper. Lise (366) fut la grande responsable de l’excellent repas. Un service courtois et impeccable agrémenta ces agapes. Pendant que nous savourions notre dessert, Hélène (4) fit la présentation des personnes présentes. Maurice (3) fit durant la soirée, un hommage aux neuf commanditaires qui ont permis de démarrer l’association en 1991. Un cadeau souvenir fut présenté à J. Yvon (1) qui avait commandité l’association par le biais de son entreprise immobilière. On peut retrouver en pages 16 et suivantes d’autres présentations qui ont été faites au cours de l’été. Yvon (1) présenta, aux co-présidents du rassemblements Gaétan (2) et Maurice (3), de magnifiques verres gravés aux armoiries de l’A.F.L.A. en remerciement du travail fait pour l’organisation du rassemblement.

La panse bien pleine, la soirée se termina par la musique de Luc Lauzon. Ce fut une journée dont se souviendront tous les participants. L’histoire y tint une grande place. À l’année prochaine!

Gaétan Lauzon (2)

Val d'Or, un rassemblement en or!

Cette dernière fin de semaine s'annonçait très belle.  Tôt le vendredi matin, cousins et cousines, tant en autobus nolisé qu'en voiture mettaient le cap vers le pays de l'or.  Mais dès l'entrée dans le parc La Vérendrye, nous avons tous été consternés d'apprendre que deux groupes, Amérindiens d'une part, travailleurs forestiers d'autre part, avaient bloqué la route à la hauteur du Lac Simon, près de la sortie nord du parc.  Après plusieurs heures d'attente, la route était enfin ré-ouverte.  Nous savions que le rassemblement n'était pas compromis.  Le comité organisateur a eu des sueurs froides...

Après une bonne nuit de sommeil et accompagnés d'un soleil rayonnant, nous étions tous prêts pour le grand rassemblement annuel.  Le comité organisateur composé de Reina Lauzon Vézina (615), son époux Stevens Vézina, Mme Georgette Lauzon Michaud (666) et Liliane Lauzon Lamy (614) ont travaillé très fort depuis un an pour que cette journée soit un succès.  Merci beaucoup pour votre dévouement!

Dès 9h00, on accueillait les premiers participants à l'hôtel Confortel de Val d'Or.  Autour d'un bon café, cousins et cousines faisaient un brin de causette avant le début de l'assemblée générale annuelle. François Lauzon (652), animateur de la journée, adressa un mot de bienvenue à tous, au nom du comité organisateur et l'assemblée générale annuelle débuta vers 10h15. L'assemblée se prolongea jusque vers 11h15.  Ensuite, le groupe s'est déplacé vers une salle adjacente pour le dîner. Un délicieux buffet froid fut servi par les cuisiniers de l'hôtel Confortel.  Entre les bouchées et les échanges, l'heure passa si rapidement que déjà, à 12h30, notre animateur nous invitait  à nous rendre sur le site de la Cité de l'Or pour une visite guidée.

Quelle visite intéressante! Chaque visiteur était vêtu d'un uniforme, et d'un casque de sécurité muni d'une lampe d'éclairage.  Après les explications d'usage, nous avons été transportés par groupes à l'aide d'un chariot tiré par un tracteur à l'intérieur de la mine. Nous avons descendu à un angle de 17° jusqu'à une profondeur de 300 pieds après quoi les tracteurs remontaient à la surface.  Une fois dans la mine, c'est l'adaptation à ce nouveau milieu. L'humidité, une température de 7 °C, la noirceur (bien qu'il y ait un bon système d'éclairage) et le silence interrompu par les commentaires de notre guide.  Nous étions à l'intérieur de notre croûte terrestre.  Quelle sensation!  De plus, la constatation que pour plusieurs travailleurs, c'était leur milieu de vie depuis des années.  Que de découvertes!

Après 90 minutes de visite, c'était déjà le retour. Tous commençaient la remontée sauf que le conducteur du premier chariot constata à mi-chemin que le deuxième groupe ... ne suivait plus! ... Problème? La communication-radio nous apprend que le deuxième tracteur est en panne.  Il n'y a pas eu de panique mais un délai imprévu pour le deuxième groupe de visiteurs.  Lorsqu'ils sont revenus à la surface, on pouvait lire le soulagement sur leur visage.  Malgré cet incident cocasse, la visite a été un succès.  Bravo pour l'initiative!  D'ailleurs le temps filait si rapidement que nous avons raté la visite de la salle d'analyse des échantillons.  Certains n'ont même pas eu le temps de retourner à l'hôtel pour se changer avant la célébration eucharistique de 16h30 à l'église Saint-Sauveur.  Tous ensemble, nous avons assisté à la messe chantée par le vicaire de la paroisse.  J. Yvon Lauzon (1) adressa la parole pour souligner l'occasion du rassemblement des Lauzon à Val d'Or.

Immédiatement après la célébration, le comité organisateur et le conseil d'administration étaient invités à l'Hôtel de Ville pour un vin d'honneur.  Plusieurs conseillers municipaux étaient présents et J. Yvon Lauzon (1) a remis au pro-maire un exemplaire du livre "Gilles Lauzon et sa postérité" en souvenir de notre passage.  De plus, chacun des membres présents a signé le Livre d'or de la ville.

À 18h30, tous les cousins et cousines s'attablaient pour un délicieux banquet à la salle du Confortel.  Chaque table était parée d'une pièce montée par M. Stevens Vézina, soit un chevalement de mine.  Que de travail!  Bravo!

Tout au long du repas, il y eut plusieurs tirages dont les centres de table.  Notre animateur, François Lauzon (652) assurait l'animation et fit la présentation des personnes présentes.  J. Yvon Lauzon (1) présenta à chaque membre du comité organisateur, madame Reina Lauzon Vézina (615), madame Georgette Lauzon Michaud (666) et Liliane Lauzon Lamy (614), les armoiries de la famille Lauzon en remerciement pour nous avoir accueillis à Val d'Or.  De même, Reina (615) fit aussi des présentations à J. Yvon (1) et à Hélène (4).  Louise Lauzon Chenail a aussi remercié tous ceux qui, de près ou de loin, ont apporté leur soutien et leur aide à l'organisation du rassemblement.

De plus, le comité organisateur nous avait réservé une surprise en invitant une chorale de Val d'Or dont fait partie Luc Vézina, le fils de Reina et de Stevens.  Les choristes nous ont interprété des airs de musique bien entraînants à la fin du repas.  Un concert très apprécié!

Finalement, après le souper, quelques Lauzon de la région sont venus se joindre à nous pour la soirée dansante.

Avant que nous nous disions au revoir, Reina (615) a invité les participants à un brunch au restaurant "Del" de Val d'Or, le lendemain matin.  Dès 10h00, dimanche matin, les Lauzon occupaient toute une salle du restaurant pour déguster un délicieux et copieux déjeuner.  L'atmosphère était encore à la fête.  Une belle façon de clôturer l'événement et de se donner rendez-vous pour le prochain rassemblement à Alexandria le 3 juin 2000.

Louise Lauzon Chenail (563) Directrice