Une journée pleine d'histoire

Le rassemblement 1997 avait été annoncé sous le thème “Rendez-vous avec l’histoire”. Eh bien, l’histoire  fut réellement au rendez-vous. Le rassemblement a réuni environ 150 personnes pour une journée mémorable sous l’organisation de ses 2 co-présidents: Gaétan (2) et Maurice (3).

La journée débuta par l’accueil des participants à l’entrée de la salle Jean Després de la maison Radio-Canada. C’est dans cette belle salle que s’est déroulé la majeure partie de la journée. Une personne ressource de Radio-Canada, Mme Anne-Carole Trépanier nous a apporté son aide précieuse tout au long de la journée.

 Outre les données de l’assemblée générale annuelle de l’AFLA, ceux-ci recevaient des mains de Gilles (556) et Gisèle (68), la liste des membres de l’association depuis sa fondation ainsi que celle des membres décédés. Une biographie de Ludger Lauzon et le curriculum vitae de notre conférencier, Gilles Lauzon,  complétait les documents. Gilles (556) avait participé à l’organisation du rassemblement en mettant à la poste près de 1300 invitations aux Lauzon de Montréal et de ses environs.

Pour Jeanne Purdy (635), cette journée passera à son histoire. Car, venue de Port-Huron, Michigan, avec sa mère Dorothy Lauzon Purdy (634), sa soeur Anne(636) et ses enfants, elle a dû loué une camionnette pour retourner chez elle après la disparition de son véhicule et de leurs effets personnels dans le stationnement de leur hôtel.

Pendant que les membres renouaient connaissance, la cassette vidéo qui avait été produite lors du 1er rassemblement de l’A.F.L.A., en 1992,  fut présentée sur 2 ecrans géants. Que de bons souvenirs cela a rappelé.

Suivant le mot de bienvenue de Gaétan (2), qui fut l’animateur au cours de la journée, l’assemblée générale débuta à 10:00, tel que prévu. Les détails de l’assemblée sont contenus dans le rapport de l’assemblée en page 4.  Pour des raisons personnelles, Hélène (4) retira sa nomination pour l’un des postes de directeur. Elle sera donc la première des 5 personnes fondatrices de l’AFLA à ne plus faire parti du conseil d’administration cette année. Plusieurs interventions des membres présents ont souligné le travail incessant d’Hélène depuis le début de l’association.

Après l’assemblée générale, on se dirigea vers la cafétéria de Radio-Canada pour le dîner. Un buffet froid fut servi. De retour à la salle Jean Després, le vidéo du rassemblement de Ste-Anne-des-Plaines fut présenté pour le plaisir de tous.

Vers 13:15h, ce fut au tour de notre conférencier invité, Gilles Lauzon, de prendre la parole. Gilles débuta sa conférence par l’historique des édifices du Vieux-Montréal, il remonta jusqu’au temps de l’ancêtre Gilles et de son épouse Marie. Il fut très intéressant de constater qu’il existe encore aujourd’hui, un édifice que Gilles a vu de son vivant. Il s’agit de la partie centrale du Grand Séminaire situé à côté de l’église Notre-Dame. Quelques changements architecturaux ont été apportés depuis: porte, fenêtres ainsi que l’ajout de bâtiments latéraux. Cet édifice n’aura plus jamais la même signification pour nous. En le regardant, on se dira “Gilles l’a vu” et peut-être même d’où je le regarde.

Notre conférencier reprit alors le cheminement qu’a suivi l’ancêtre Gilles en tant que locataire et propriétaire terrien à Ville-Marie. Il a épluché les contrats notariés de l’époque afin de nous tracer les acquisitions et les déménagements de Gilles et Marie à l’intérieur de la nouvelle colonie. Gilles, le conférencier évidemment, a réussi à nous tenir en haleine pendant près d’une heure et demi. Il fut chaudement applaudi. Après à son intéressante conférence, notre président Yvon, lui remit les armoiries de notre famille, un geste qu’il apprécia grandement.

Plusieurs groupes furent ensuite formés pour entreprendre la visite des installations de Radio-Canada. Chaque groupe exécuta le même circuit de visite mais pas dans le même ordre.

Notre groupe commença par le “musée” de Radio-Canada. On peut y admirer la maquette du bateau utilisé lors du tournage de l’émission D’Iberville avec Albert Millaire au milieu des années soixante. Pour les plus vieux, on peut voir les marionnettes de Pépinot et Capucine, Monsieur Blanc, Panpan, l’ours (menum-menum), etc. On y montre aussi quelques costumes utilisés dans différentes émissions.

La visite se continua au local des accessoires. C’est l’endroit où sont stockés les accessoires nécessaires à la décoration des productions. On y trouve de tout. À partir des cendriers de toutes les formes et de toutes les époques, en passant par les meubles, encadrements, jouets (même un Ouiija), gramophones, etc. En fait quand vous regardez un  télé-roman, peu importe l’époque, tout ce que vous pouvez y apercevoir sur les murs, les planchers, les plafonds et les tables provient du magasin des accessoires.

Ensuite, nous avons vu l’atelier des décors. C’est là que sont construits et entreposés les murs d’un décor et les gros accessoires  (puit, un petit boisé, un palmier, etc.). Tout près, se trouve la confection des toiles de fond servant, comme le nom l’indique, à couvrir le fond des scènes pour simuler le paysage d’une rue, d’un lac ou autre. Ces grandes toiles jusqu’à 5m sur 10m sont peintes à la main par de véritables artistes. Une fente dans le plancher permet de les abaisser et de les remonter au besoin afin que l’artiste-peintre puisse travailler sans avoir à grimper dans des échafaudages. Cela lui permet aussi de prendre un recul pour examiner son travail sans obstruction.

Dû à la proximité des élections fédérales, le studio de RDI était inaccessible. Le guide nous dirigea alors vers le studio utilisé pour l’émission de nouvelle du réseau anglais de Radio-Canada. Ce qu’on voit à la télévision n’est qu’une petite partie du studio. Dans le milieu du studio se tient un écran complètement bleu. C’est l’écran devant lequel se trouve le  présentateur des images de la météo. Le bleu de l’écran est remplacé électroniquement par l’image satellite. Notre présentateur voit l’image transmise aux téléspectateurs grâce à un moniteur situé devant lui. C’est pour cela que vous voyez toujours cette personne regarder devant elle et non l’image qu’elle vous décrit.

Pour terminer la visite, tous les groupes se sont retrouvés dans le studio 42. C’est un immense studio où on produit les émissions nécessitant un grand public ou un grand espace. C’est en fait, le plus grand studio de télévision en Amérique du Nord, même les grands réseaux américains n’en n’ont pas de plus grand. Le studio est aussi loué à des réseaux étrangers pour la production de spectacles à grands déploiements.

Après cette visite fort instructive, nous sommes retournés à la salle Jean-Després pour un cocktail. Cela permit à tout le monde de se reposer un peu tout en faisant un brin de jasette.  On pouvait y voir aussi le vidéo filmé lors du voyage en France en 1994. Le comptoir des articles promotionnels y était tenu par Johanne (155). Pour le 5e anniversaire de l’Association, une reliure de toutes les parutions du journal La Chaudronnée depuis le début était offerte. Notre généalogiste, Jean-Luc (64) , était présent pour répondre aux questions.

Vers 17:00 heures, les participants furent invités à traverser la rue pour se rendre à l’église St-Pierre-Apôtre. Avant la messe, ils ont eu la chance d’admirer les artefacts de la société de tempérance fondée par le père Ludger Lauzon, l’auteur du livre “Gilles Lauzon et sa postérité”, notre moyenne histoire. La messe fut célébrée par George Lauzon (632) et concélébrée par Émile Lauzon (125) . Le curé actuel de la paroisse, Claude St-Laurent O.M.I., nous fit un hommage du Père Ludger Lauzon, lui aussi curé de la paroisse au début du siècle. Louise Lauzon-Chenail (563) ainsi que son mari, Normand firent les lectures, leurs garçons, Marc-Antoine et Simon, ainsi que Pauline (340) et son mari Claude Parent firent office de servant de messe.

Yvon (1), notre président, souligna la présence de Mme Angèle Alloi,  épouse de Roger (130) qui fût baptisée en l’église Saint-Pierre-Apôtre en 1945 et  Mme Suzanne Donneau, Fille de Euclide (383) qui y fit sa première communion. Jacques (319) et son épouse Sylvie Racicot qui s’y marièrent le 1er octobre 1955 reçurent une photo-copie de leur acte de mariage. Il mentionna aussi le 50e anniversaire prochain d’André Lauzon (102) et Thérèse Bastien. On souligna aussi le récent 25e anniversaire de mariage de Gaétan (2) et son épouse Danielle Besner. Maurice (3) reçut un hommage pour l’organisation et l’animation des cérémonies religieuses depuis la fondation de l’association.

Après la messe, nous sommes descendus au sous-sol de l’église pour le souper. Lise (366) fut la grande responsable de l’excellent repas. Un service courtois et impeccable agrémenta ces agapes. Pendant que nous savourions notre dessert, Hélène (4) fit la présentation des personnes présentes. Maurice (3) fit durant la soirée, un hommage aux neuf commanditaires qui ont permis de démarrer l’association en 1991. Un cadeau souvenir fut présenté à J. Yvon (1) qui avait commandité l’association par le biais de son entreprise immobilière. On peut retrouver en pages 16 et suivantes d’autres présentations qui ont été faites au cours de l’été. Yvon (1) présenta, aux co-présidents du rassemblements Gaétan (2) et Maurice (3), de magnifiques verres gravés aux armoiries de l’A.F.L.A. en remerciement du travail fait pour l’organisation du rassemblement.

La panse bien pleine, la soirée se termina par la musique de Luc Lauzon. Ce fut une journée dont se souviendront tous les participants. L’histoire y tint une grande place. À l’année prochaine!

Gaétan Lauzon (2)