Maisonstgabriel modifi-1  Le 11 juin 2011, nous avions le plaisir de revoir nos cousins et cousines Lauzon d’Amérique, sous un timide soleil, à la Maison Saint-Gabriel, à Montréal. C’était notre 20e rassemblement et il convenait de célébrer, avec raison, l’histoire de l’arrivée de notre ancêtre Gilles Lauzon.

Dès notre entrée, c’est avec ravissement que nous avons découvert les lieux situés dans le quartier Pointe-Saint-Charles de Montréal. Un peu plus et nous pensions être à la campagne tellement l’endroit est boisé et magnifiquement fleuri.  En une seconde, nous avons oublié que cette maison côtoyait la grande ville, si ce n’est un léger rappel des bruits des courses automobiles du Grand Prix, qui parfois raisonnaient. À cela se sont ajoutés, malheureusement, ceux des trains de la cour de triage, qui était à proximité, et qui avait une activité inhabituelle pour un samedi.

C’est donc Mme Juneau, religieuse de la Congrégation de Notre-Dame et directrice de la Maison, qui nous a accueillis à partir de 9h30. Nous devions passer la journée dans le nouveau Pavillon Catherine-Crolo; cependant, c’est sous un chapiteau aménagé pour les visiteurs que nous avons vécu la majorité de notre journée, à cause du nombre d’inscriptions au rassemblement. Le pavillon Catherine-Crolo ne peut recevoir que 50 personnes au maximum. C’était aussi une première expérience pour la communauté que de recevoir un groupe aussi nombreux pour toute une journée, incluant un repas. Cela peut donc expliquer les quelques désagréments que nous avons pu vivre.

Notre journée a donc débuté vers 10h00 avec l’accueil et les retrouvailles pour chacun. Ce moment se vit toujours dans la joie et le bonheur. De plus, nous avions des nouveaux membres qui assistaient pour la première fois à nos rassemblements; il était important de les intégrer. En plus, lors de la remise des billets, chaque membre a eu le plaisir de recevoir un porte-clefs où figurent les armoiries de notre association et, à l’endos, l’année de fondation de celle-ci.  Le chapiteau où nous étions installés était confortable, aménagé avec un plancher pour assurer la stabilité des gens, des tables et des chaises. À 10h30, l’assemblée annuelle a débuté avec un  mot de bienvenue de votre vice-présidente Louise Lauzon Chenail (563) qui était une des membres du comité organisateur. Puis, notre président Gaétan (2) a ouvert la réunion et celle-ci s’est déroulée rondement, comme à chaque année. Évidemment, le point le plus difficile à traiter est toujours celui du prochain rassemblement car cela demande, aux différentes personnes qui proposent des endroits, une grande implication. Cepandant, je constate que depuis quelques années ce rôle revient presque exclusivement aux membres du conseil d’administration. Nous savons tous que de préparer un rassemblement demande beaucoup de temps, de déplacements et de créativité. Il serait donc intéressant d’avoir d’autres membres qui s’impliqueraient, pour les prochains rassemblements, afin de  donner un répit à ceux et celles qui ont organisé ceux des dernières années.

Pendant l’assemblée annuelle, un nouveau membre a été élu par acclamation au conseil d’administration, suite à la démission de Yvette (Mère) Lauzon Fitzgibbon (271), soit Jacques Lauzon (41) de Gatineau. Bienvenue à notre nouveau directeur! Nous tenons à remercier Yvette pour sa présence chaleureuse et son implication au cours des dernières années. Elle nous manquera! Vous trouverez, plus loin, le tableau récapitulatif des membres de votre conseil d’administration.

À la fin de notre assemblée, Antonio Lauzon (31) a interprété le chant du 20e anniversaire de l’AFLA. Celui-ci l’avait composé à partir de la chanson ancienne « Troupio ». Nous avons eu le plaisir de l’entendre nous la chanter et ensuite de l’entonner avec lui. Merci Antonio pour cette belle composition qui anime nos rencontres. Suite à l’assemblée annuelle, nous avions le dîner qui, contrairement à ce qui était annoncé, nous fut servi à table. C’était une assiette bien garnie, qui semble avoir satisfait l’ensemble des gens, quoique ce repas se révéla un peu sec, par manque d’eau à la table. Pendant ce temps, Éric Michaud, alias Ubert Sanspré, conteur de métier, nous a raconté une magnifique légende qui en a fait rire plus d’un et qui demandait la participation des gens. Ce spectacle a animé notre repas. Suite à son spectacle, de succulents pains ainsi que des produits du terroir furent tirés et remis par notre aimable conteur. Il y eut également deux paires de billets pour le souper au Cabaret du Roy et ce sont Mme Claudette Giraldeau (261) et Mme Pauline-Évelyne Lauzon Vincent (664) qui profiteront de cette soirée. D’ailleurs, au cours du repas, un groupe d’une quinzaine de personnes ainsi que M. Jacques Lacoursière, historien, se sont joints à nous, soit la Société historique des Filles du Roy. Nous aurons, plus tard, dans la journée, une activité commune très touchante.

Suite au repas, nous avons eu l’occasion de visiter ce fameux site historique qu’est la Maison Saint-Gabriel. Par petits groupes, et accompagnés de guides, nous avons fait le tour de cette magnifique bâtisse qui a été bien conservée et gardée le plus intacte possible. Beaucoup d’objets anciens y sont présentés et nous avons ainsi pu y vivre quelques moments d’histoire très intéressants. Cette visite a rappelé, à certains, des activités qu’eux-mêmes faisaient ou avaient vu leurs parents exécuter. Ce fut des moments de nostalgie, ou un retour en arrière, sur les anciennes méthodes de travail dont nous ne sommes pas si éloignés, encore aujourd’hui. Puis, suite à cela, on nous a amenés dans les jardins de la Métairie où on trouve des plantations exactement comme à l’époque de la Nouvelle-France. Ces jardins étaient tellement attirants et différents par certains choix de végétation, que nous étions tentés d’aller les  toucher. C’était cependant chose défendue… Une allée les traverse où on découvre, dans les plaques du trottoir, les noms des différentes religieuses qui ont vécu sur ce site depuis le début de sa fondation. Avec plaisir, nous avons pu y lire le nom  de deux religieuses qui étaient des Lauzon.

Puis vers 15h30, nous étions conviés à une cérémonie avec la Société historique des Filles du Roy qui, cette journée là, plantait un orzier afin d’inaugurer une place en hommage aux Filles du Roy venues peupler la Nouvelle-France et qui sont nos aïeules à tous. En effet, avant de planter cet arbre, la présidente de cette société a placé dans un pot les 36 noms de ce premier contingent de jeunes femmes et l’a déposé dans la terre, avant de  planter l’arbre. Ce fut un moment touchant car les noms de ces courageuses jeunes femmes  furent tous nommés, en leur souvenir. La Société historique prépare, d‘ailleurs, un grand événement en 2013, où des jeunes dames seront invitées à se rendre à La Rochelle, en France, afin de recréer ce moment des plus importants pour notre peuple. La Société historique lance ainsi une invitation aux jeunes femmes qui voudraient personnifier ces jeunes filles du Roy et  revivre cette période historique.

Cependant, le temps file et après cette touchante cérémonie, nous étions attendus pour la conférence de M. Jacques Lacoursière, sous le chapiteau. Celui-ci nous a entretenus des Filles du Roy et de la vie des premiers colons lors de la fondation de Ville-Marie, aujourd’hui appelée Montréal. Nous avons aussi appris que la rive du Fleuve Saint-Laurent, au début de la colonie, se rendait, en fait, jusqu’à l’arrière de la Maison Saint-Gabriel, construite en 1668. On sait, aujourd’hui, qu’une partie de cette rive a été remblayée pour y construire, entre autre, un chemin de fer et une cour de triage. Justement, à cause de cette cour de triage, certains passages de la conférence furent difficilement audibles pour une partie de l’assistance et cela fut déplorable bien que hors de notre contrôle. Il nous faudra, cependant, utiliser des moyens techniques pour les prochains rassemblements afin que tous puissent profiter de l’ensemble des activités.

La conférence était le dernier moment historique de la journée. Après celle-ci, les membres étaient invités à se rendre au restaurant le Crescendo à Verdun, à quelques kilomètres de la Maison Saint-Gabriel et situé sur les rives du fleuve Saint-Laurent. Nous avons donc quitté cet endroit nous faisant revivre le passé pour nous retrouver dans un présent plus cosmopolite. Une grande salle vitrée nous attendait et nous étions heureux d’y arriver. Nous pensions retrouver, à cet endroit,  J.Yvon, notre président fondateur, et son Hélène, qui n’avaient pu être présents. Malheureusement, leur santé ne leur a pas permis de se joindre à nous. Vous nous avez manqué!  Malgré tout, un délicieux repas couronna très bien cette journée de notre 20e rassemblement.

Vingt ans, c’est une longue période pour une association et nous avons glorieusement passé ce cap. Le dynamisme des différents membres des conseils d’administration et l’intérêt et la participation de tous les membres y ont sûrement été pour quelque chose. Bientôt, nous passerons probablement le cap des 1000 membres. Ce sera sûrement tout un événement! Il est certain que ceux-ci ne sont pas tous actifs mais ils se sont intéressés à l’association et lui ont permis de poursuivre son chemin en faisant revivre les plus belles valeurs de notre peuple, soient celles de la famille et de l’histoire de ses origines. Tous, nous savons qu’un peuple qui avance est celui qui connait ses origines et continue de les faire vivre à travers ses gens!

Longue vie à vous, chers membres, et à l’association!

Félicitations à Diane Lauzon (5), Joanne Lauzon (155) et Louise Lauzon-Chenail (563) pour l’organisation et le temps consacré à ce 20e rassemblement.

Mireille Lauzon (M-221 )